Dirty Computer

J’aime le boulot de Monáe depuis pas mal de temps, mais sa musique me semblait bizarrement toujours un peu conceptuelle et froide, un peu distante.
Pour le coup, son dernier disque est tout, sauf ça.

Un album et un coming out – ou un album en forme de coming out.
Janelle Monáe est queer & pansexuelle.
Dirty Computer est funk, soul & hip-hop.

Dirty Computer m’obsède depuis une semaine. C’est dansant, c’est furieux, c’est tendre & amoureux, c’est mystique & politique. Sur quinze morceaux il y a huit tubes. Janelle Monáe est une brute de talent.

Comme si Madonna avait mangé Prince qui aurait mangé Kendrick Lamar (bon appétit !) avec de la SF, du #blacklivesmatter et Dieue.

Dirty Computer est enfin une charge joyeuse anti-Trump & anti monde de merde, par la colère, l’affirmation de soi, le désir & la joie.

Ma bande-son pour le reste de cette année non-mixte !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s